Boot camp 2/2 : la méthode de raisonnement tactique


Boot camp 2/2 : la méthode de raisonnement tactique


Avant de commencer, allez lire le premier article de la série.

 

La vie quotidienne est pleine de situations faisant appel à la prise de décision : changer de travail, voter, évoluer dans un réseau social, organiser son week-end. La méthode de raisonnement tactique (MRT) est un processus de prise de décision utilisé par les chefs militaires qui permet d’étudier une mission et d’intégrer l’ensemble des paramètres essentiels à la préparation de la manœuvre afin qu’elle soit cohérente avec l’objectif à atteindre.

Mais pour qu’une mission soit efficace, il faut qu’elle soit exprimée correctement. Il faut qu’elle soit précise. Il suffit de comprendre quelques règles de base pour savoir utiliser un puissant outil militaire.

La MRT permet de raisonner simplement et efficacement. C’est un outil pour décider justement et choisir des réactions adaptées.

 

Le raisonnement tactique

Vous devez prendre un moment pour réfléchir, définir votre envie et les circonstances dans lesquelles elle va se réaliser.

1-    Situer le cadre de l’action

Dans cette étape, il vous faut définir l’environnement et les circonstances dans lesquels va se dérouler votre action.

Est-ce une mission autonome ou une mission qui s’inscrit dans un plan d’action plus large ?

Votre mission dépend-elle de la réalisation d’autres missions avant ou pendant ?

Votre mission va-t-elle avoir une aire géographique définie et limitée ? Un délai contraint ?

2-    Définir son adversaire

Dans le raisonnement tactique, un militaire défini son adversaire selon 3 qualificatifs : sa nature, son volume et son attitude (NVA).

La nature définit l’adversaire que vous allez rencontrer. Le volume définit le nombre d’adversaire de cette nature. L’attitude définit son attitude vis-à-vis de vous (son degré d’agressivité, sa réaction face à votre action).

3-    Evaluer ses moyens et ses renforts

Faites la liste de vos moyens, connaissances ou compétences qui peuvent vous servir à réaliser votre mission.

N’oubliez pas vos renforts, ce que votre entourage, vos amis, votre famille peuvent vous apporter.

4-    En déduire le lieu et le moment de l’action

Ayant connaissance de tous les éléments des 3 premières étapes, vous allez choisir le meilleur moment et le meilleur endroit pour mener votre action.

 

L’énoncé de votre mission

La formulation d’une mission est très importante. Voici les trois règles d’or que vous devez respecter pour l’énoncé de votre mission :

1-    Utilisez un verbe d’action

Votre mission doit se construire autour d’un verbe d’action. Vous pouvez commencer votre phrase par « je veux » puis ajouter un verbe d’action.

C’est une mission, ce que vous devez faire. Vous aurez forcément une action à faire. Votre mission doit donc comporter un verbe d’action.

2-    Fixer un délai

« Je veux doubler mon salaire » n’est pas la même chose que « je veux doubler mon salaire d’ici 2 ans ».

Une mission doit être définie dans le temps, avec une date limite. Définir un objectif sans délai limite pour y arriver n’a pas de sens.

3-    N’utilisez pas de négation

Voici un test qui va vous convaincre. Ne pensez pas à un éléphant bleu ! A quoi venez-vous de penser ? Vous avez pensé à un éléphant bleu, peut-être même l’avez-vous imaginé. Votre subconscient fonctionne comme ça.

Ne formulez pas votre mission avec ce que vous ne voulez pas. Donc, n’utilisez pas de négation dans votre mission. Pensez au résultat que vous voulez obtenir et choisissez votre formulation.

 

Exprimer le résultat attendu

Le but de l’énoncé de votre mission est de visualiser votre avenir et d’exprimer les résultats attendus.

Une mission, c’est une phrase de quelques lignes. Après l’avoir lue, tout doit être clair dans votre esprit. Et tel le soldat qui s’engage sur le terrain vers son objectif, vous devez savoir ce que vous avez à faire et où vous allez.

J’imagine que Mike Horn, avant de s’engager dans Conquérant de l’impossible a pu formuler la mission suivante : je veux faire un tour du cercle polaire arctique seul, sans moteur, dans le sens contre vents et courants dominants, sans m’en écarter de plus de 10° en moins de 3 ans et en gardant contact avec les médias et ma famille tous les 6 mois.

Il ne vous reste alors plus qu’à y réfléchir pour trouver exactement quelles tâches vous aurez à réaliser pour remplir cette mission.

Relisez votre mission régulièrement, pour la garder en tête.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *