Ce que Theodore Roosevelt aurait pu vous apprendre


Ce que Theodore Roosevelt aurait pu vous apprendre.



Théodore Roosevelt a été historien, naturaliste, explorateur, écrivant, soldat et président. A travers ces expériences riches et diversifiées, il en a tiré une certaine orientation vers l’action, avec sa politique du « gros bâton » devenue le corollaire de Roosevelt.

S’il était né 100 ans plus tard, j’aurais pu lui demander d’écrire un article invité tant ses citations sonnent juste.

En effet, j’ai découvert ses citations qui sont tout juste dans la ligne éditoriale de ce blog sur le développement personnel par l’action.

 

Theodore Roosevelt, l’homme.

Diplômé de Harvard, Theodore Roosevelt s’est illustré à la tête de son régiment de cavalerie, les Rough Riders, à la bataille de San Juan, ce qui lui permet d’acquérir une réputation de héros.

Il est nommé président des Etats-Unis en 1901, après la mort de McKinley, puis entame son propre mandat en 1905. Il est célèbre pour son engagement dans la guerre hispano-américaine qui aboutit à l’indépendance de Cuba, sa loi anti-trust et ses prises de position à l’étranger.

Plus jeune président de la république à l’époque de sa nomination, sa médiation dans la guerre russo-japonaise lui vaudra le prix Nobel de la paix qu’il reçut en 1906.

Dans un discours prononcé le 6 décembre 1904 au Congrès des Etats-Unis, il présente ce qui deviendra le corollaire de Roosevelt. Il ne prône plus la neutralité inhérente à la doctrine de Monroe, mais affirme que les Etats-Unis ne souffriront pas que l’on s’oppose directement à leurs intérêts.

En politique intérieure, il s’attaque aux entreprises, qu’il accuse de faire des bénéfices au détriment des consommateurs.

 

Mais ce qui m’intéresse, ce sont les citations de Theodore Roosevelt.

Le seul homme à ne jamais faire d’erreurs est celui qui ne fait rien.

N’ayez pas peur d’essayer. Même s’il existe un risque que votre projet échoue, préparez bien votre affaire et lancez-vous.

N’accordez pas de crédit aux personnes négatives qui ne font rien et tentent de vous décourager.

Je ne parle pas de se jeter tête baissée contre un mur, mais plutôt de se tenir devant le mur, de lever la tête et d’essayer de le franchir.

 

C’est dur d’échouer, mais c’est pire de n’avoir jamais essayé de réussir.

Je présente cette phrase délibérément à la suite de la précédente. On a de la motivation à faire les choses, puis de la fierté à les réussir. On n’obtient rien à ne rien faire, ce qui est pire d’un point de vue personnel.

Il n’y a aucun développement personnel, aucun changement dans votre vie si vous n’essayez jamais.

N’essayez pas juste pour essayer ; essayez pour réussir. Soyez audacieux.

 

Faites ce que vous pouvez, avec ce que vous avez, là où vous êtes.

N’attendez pas. Ne cherchez pas l’opportunité où il y aura zéro risque et aucune peur de l’échec, ça n’arrivera jamais.

Faites avec ce que vous avez, et utilisez votre tête pour palier aux difficultés ou aux déficiences.

L’étape que vous allez passer en agissant maintenant avec ce que vous avez vous rapprochera de votre but.

 

Quand on vous demande si vous êtes capable de faire un travail répondez : « bien sûr, je peux ». Puis débrouillez-vous pour y arriver.

C’est un grand enseignement que j’ai tiré de mes études en école d’ingénieur.

On ne m’a pas tout appris dans un domaine de spécialité. Je ne me suis pas bourré le crâne en apprenant des cours pas cœur. Ce qu’on m’a appris, c’est une méthode de travail, pour savoir où et comment trouver les solutions aux problèmes auxquels je serai confronté et gérer l’urgence.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>