Ce qu’il faut faire et ne pas faire pour bien planifier


Ce qu'il faut faire et ne pas faire pour bien planifier

 

La planification est difficile.

Eric veut devenir un bon golfeur. Il lit des articles sur la technique de swing, regarde des vidéos et étudie le matériel. Il fait ces choses dès qu’il a du temps libre, tous les jours. Vous voyez un problème ?

Eric jamais joue au golf ! Il passe beaucoup de temps à se préparer pour jouer au golf, mais il ne pratique pas comme il devrait le faire. Eric ne deviendra jamais très bon parce que (comme pour beaucoup de choses dans la vie) le golf nécessite un apprentissage par la pratique.

Qui n’a jamais rencontré ce problème : trop planifier tue la planification ? Certes il faut planifier et s’organiser pour atteindre ses objectifs, mais on parle là d’une bonne organisation. Alors lisez la suite pour savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire pour bien organiser sa journée.

 

Le plan pour planifier

La planification, c’est comme le yoga : vous voulez vous mettre dans des positions spécifiques, mais restez flexible.

Par exemple, vous pouvez planifier de tondre la pelouse à 15h00 aujourd’hui, mais s’il pleut, est-ce que vous allez tondre la pelouse ? Eh bien non, parce que votre tonte se passerait très mal (vous seriez trempé et l’herbe mal coupée). Mais si vous l’aviez vu venir, il n’y aurait aucune raison de ne pas tondre à 14h00.

 

1. Identifier des déclencheurs spécifiques, parce que c’est ce que le cerveau comprend et qu’ils mènent à l’action.

Vous ne pouvez pas tondre votre pelouse toute la journée, vous ne pouvez le faire qu’à un moment précis de la journée. Ainsi, lorsque vous prévoyez de « tondre la pelouse demain », votre manque de précision diminue vos chances de le faire réellement.

Si vous pensez, « ouais, mais moi je le ferais quand même », alors vous ne m’avez pas compris. Dites-vous bien que tous les plans ne sont pas aussi facile que de tondre la pelouse, et chaque petit plan peut établir les conditions nécessaires à un plan plus ambitieux.

Prenez l’habitude d’être organisé même sur des petits projets, car c’est une habitude que vous conserverez sur les grands projets. Les compétences que vous développerez : l’organisation, la concentration, l’attention aux détails.

 

2. Ayez une marge de manœuvre (elle vous permettra d’exécuter vos plans même si vous faites face à un imprévu.

Ceci sera votre plan B. Dans l’option la plus favorable, vous y aurez pensé et aurez préparé votre plan B ; sinon, vous improviserez un plan B. Chaque stratégie a ses mérites et dites-vous bien que la situation idéale ne se présente que rarement.

Planifier à l’avance a l’avantage d’une plus grande sécurité face aux aléas, alors que l’improvisation a l’avantage de permettre de réagir de façon appropriée à la situation.

Ma méthode préférée est de préparer un plan A qui autorise une certaine souplesse pour réagir face à un imprévu. Compétences qui améliorent la flexibilité : la détermination, la confiance en soi, le courage, l’audace.

 

Ne faites pas ces 3 erreurs de planification

 

1. Ne planifiez pas ce que vous ne contrôlez pas.

« Obtenir une remise » n’est pas un plan, car ce n’est pas votre choix. C’est un objectif souhaité mais vous ne le maîtrisez pas. Vous ne devez planifier qu’avec des verbes d’action dont vous êtes le sujet.

 

2. Ne faites pas que réfléchir, écrivez.

Il s’agit d’un problème commun, mais néanmoins gros. Les idées sont des choses merveilleuses, mais elles peuvent être source de procrastination. Les idées sont des nuages que vous devez chercher à contrôler et les écrire est la meilleure façon pour les concrétiser.

Certaines personnes sont des champions pour trouver des idées, mais ils ne passent jamais à l’action, ne font rien. Le cerveau ne peut pas comparer 30 idées efficacement, il aura déjà du mal pour s’en souvenir pendant plusieurs jours !

Ecrire permet de s’en souvenir, de choisir puis de mettre un terme à la réflexion pour passer à l’action.

 

3. Ne laissez pas le perfectionnisme retarder vos tâches importantes.

Le perfectionnisme est le meilleur ennemi de l’homme d’action. Les perfectionnistes sont de mauvais planificateurs car ils se persuadent systématiquement qu’ils pourront faire mieux plus tard. Mais quand demain arrive, ils remarquent de nouvelles imperfections du moment présent et retardent à nouveau leur projet.

Osez passer à l’action et vous améliorerez en cours de route.

 

Synthèse : comment planifier

Faites des plans précis du genre : « j’irai courir 9km dans le parc du château de Versailles demain à 15h15″.

Dans ce plan, il y a tout :

-           Un verbe d’action dont vous êtes le sujet

-           Une limite horaire qui sert de déclencheur

-           Des détails qui font que vous visualisez déjà ce qui va se passer (c’est un des principes de la visualisation mentale telle que présentée dans L’effet Bolt l’éclair)

 

Vous pouvez moduler votre déclencheur :

-           Horaire : « à 15h15″

-           Retardé : « 2h après le déjeuner »

-           Conditionnel : « quand j’aurai fini la vaisselle »

 



Le changement dans votre vie et dans votre boite mail.

Inscrivez-vous à la Liste et recevez gratuitement le meilleur de 14 conférences TED pour votre développement personnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>