Il ne vous reste qu’une chance. Qu’allez-vous faire ?


Il ne vous reste qu'une chance. Qu'allez-vous faire ?



Une chose extraordinaire est arrivée pendant que vous dormiez, cette nuit. Le monde a radicalement changé, parce qu’aujourd’hui vous vous êtes réveillé avec la possibilité de faire un dernier changement avant de mourir. Une dernière chose à faire. Une dernière chose que vous pourrez transformer. Changer une dernière chose pour faire la différence.

C’est tentant, hein ? Mais attention, tout le reste ne pourra plus jamais changer, pour le reste de votre vie. Tout le reste restera exactement comme c’est en ce moment.

Comment réagissez-vous à cette perspective ? Un seul et dernier changement à faire comme bon vous semble. L’excitation du changement n’est-elle pas éclipsée par le non-changement à venir de tout le reste de votre environnement ? Qu’allez-vous choisir ?

 

Voilà ce qui pourrait arriver.

L’excitation créée par le pouvoir de faire un gros changement comme on fait un vœux emballerait n’importe qui.

Mais petit à petit, la prise de conscience que vous ne pourrez plus jamais rien changer, petit changement ou grand changement, va faire chuter le taux de dopamine dans votre cerveau. Dans le système nerveux central, elle agit comme neurotransmetteur dans le cycle de la récompense et du plaisir. Une chute drastique de dopamine a des conséquences physiques graves similaires au gouffre de la dépression.

Vous allez alors passer votre temps à faire défiler vos choix et les conséquences qu’ils auraient pu avoir. Mais plus le temps passera et plus votre cerveau mélangera les bonnes idées avec d’autres irréalistes. Vous aurez du mal à faire la différence entre le bon et le mal.

 

Concernant votre décision maintenant.

Vous pouvez changer ce que vous voulez. Une chose.

Allez-vous le faire maintenant, tout de suite ?

Allez-vous donner la priorité à votre santé physique ou financière ?

Vaut-il mieux changer la prochaine chose qui vous déprimera ou ne vaut-il mieux pas attendre d’être joyeux pour faire votre choix ?

Allez-vous attendre une bonne opportunité ?

Vous allez être affreusement tiraillé. A chaque fois que vous trouverez quelque chose à changer, votre cerveau trouvera systématiquement des contre-arguments qui vous feront patienter jusqu’à une autre opportunité pour utiliser votre nouveau pouvoir.

L’enjeu risque de vous paralyser. Faites un mauvais choix et vous le regretterez jusqu’à la fin de votre vie.

 

Vous allez vous sentir seul.

Petit rappel : vous êtes le seul à posséder ce pouvoir dont vous ne pourrez vous servir qu’une seule fois.

Comment les autres pourraient-ils vous aider dans votre choix ?

Et cette fois, c’est le taux d’oxytocine, le neurotransmetteur qui vous donne la sensation d’être connecté aux autres (interactions sociales et amoureuses ou impliquant la coopération, l’altruisme, l’empathie, l’attachement), qui va chuter. Vous allez vous sentir isolé et seul.

Ces changements dans la chimie de votre cerveau va chambouler votre niveau d’énergie.

 

Put… de bor… de mer… ! mais c’est l’enfer !

Devoir faire une seule décision aussi importante a transformé votre vie en un enfer.

Mais voilà la bonne nouvelle : il ne vous reste pas qu’un seul changement à faire.

Dans la vraie vie, vous avez plus qu’un choix à faire. Vous en aurez encore des milliers à faire. Vous pouvez prendre une décision à n’importe quel moment. Et ces décisions auront des impacts, fort ou faible, sur vous, votre, vie, votre entourage ou ventre monde.

Ne soyez pas tétanisé pas devant l’importance d’un choix à faire. Faites-le. C’est le moyen dont vous disposez pour changer les choses autour de vous. Le pouvoir de faire des choix !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *