Kaizen : une philosophie et une méthode de l’amélioration 1


Kaizen : une philosophie et une méthode de l'amélioration


Cet article est ma contribution au festival inter-blog de à la croisée des blogs, organisé par developpementpersonnel.org. Il s’agit de la 45e édition, qui est organisée par Matt du blog Acide-ici.

Pour ma 2e participation, le sujet est cette fois : Doit-on progresser pour être heureux ?

J’imagine que la plupart des articles se concentreront sur l’état d’être heureux. Moi, je me focaliserai sur l’état d’esprit pour progresser.

Je ne pourrais pas comprendre qui essaie de m’expliquer qu’il est heureux de ne rien faire, de ne rien changer, de ne rien améliorer. Je ne m’imagine pas vivre avec cette mentalité. Je dirais même que c’est du défaitisme, ce qui est bien loin de mon caractère.

Du coup, je vais lui présenter une vision japonaise des choses : KAIZEN !

 

Kaizen, c’est un cri de guerre ?

Le mot kaizen est la fusion de deux mots japonais :

KAI (changement)

ZEN (bon)

Mis bout à bout, ça nous donne le bon changement. Mais le terme amélioration continue est plus souvent utilisé en français.

Kaizen est véritablement une philosophie, qui tend à améliorer chaque chose par petites touche répétées. Ainsi, cette pensée japonaise est un peu l’opposé de la pensée plus occidentale de l’innovation, qui bouleverse les choses à un instant donné.

C’est donc un processus d’amélioration qui vise une amélioration graduelle mise en œuvre sans bouleversement. C’est une méthode du quotidien, qui demande peu de moyens, peu de temps, peu d’énergie, peu d’argent.

Avec Kaizen, l’amélioration est apportée à tous les domaines par de petites avancées dans un cycle très court, qui permet aux petites avancées de se cumuler pour arriver à terme à produire un grand changement.

Kaizen a déjà été adapté en une méthode de management dans le monde de l’entreprise.

Elle ne nécessaire pas de crédits de recherche et développement, mais simplement une forte implication de chaque employé, qui doit être convaincu qu’il peut apporter sa pierre à la construction de son entreprise.

Elle s’applique très bien à des domaines comme :

  • la sécurité
  • l’ordre et la propreté
  • la chasse au gaspillage
  • la qualité
  • la maintenance

Dans tous ces cas, l’amélioration apportée par les connaissances et l’expérience de collaborateurs a un bénéfice plus fort que l’innovation technologique.

 

4 principes Kaizen à mettre en œuvre.

Casser les paradigmes

Il faut s’affranchir des idées reçues et des habitudes pour penser différemment. Il faut analyser chaque situation positivement, simplement et avec bon sens.

 Travailler le processus autant que les résultats

Dans une phase de réflexion, il ne faut pas seulement analyser le résultat, mais aussi les moyens mis en œuvre pour arriver à ce résultat.

 Evoluer dans un cadre global

La méthode Kaizen n’est pas une méthode de grand chef. C’est de l’amélioration collaborative. Chaque maillon du processus peut apporter une petite amélioration à sa partie. Additionnez chaque petite amélioration et vous obtiendrez une évolution majeure.

 Ne pas juger, ne pas blâmer

Ce n’est pas en s’en prenant aux personnes qu’on peut résoudre des problèmes. Il vaut mieux focaliser toute l’énergie disponible pour trouver une solution à chaque problème, améliorant ainsi le processus global.

 

Engagez-vous dans l’amélioration permanente de Kaizen.

Cherchez des moyens d’améliorer les choses. Et ce, dans tous les domaines de votre vie.

Je ne vous demande pas de vous améliorer dans votre travail, de produire plus ou d’être plus efficace. Le développement personnel agite votre personne. Améliorez-vous partout, avec tout le monde, et tout le temps.

Le succès et forcément le bonheur arrivent à ceux qui s’entraînent, progressent et s’améliorent.

Il n’y a que 2 états de bonheur : on est heureux ou on ne l’est pas. C’est pareil avec le progrès : soit on s’engage dans le progrès, soit on ne fait rien.

On peut être moyen en sport ou à son travail. Mais lorsqu’il s’agit de progrès et de bonheur, c’est tout ou rien. Soit on progresse et on est heureux, soit on ne progresse pas et on est inerte.

Une phrase classique du Kaizen en entreprise est : fais-le mieux, rends-le meilleur, améliore-le même s’il n’est pas cassé, parce que si nous ne le faisons pas, nous ne pouvons pas concurrencer ceux qui le font.

Pourquoi personne n’a-t-il eu l’idée d’appliquer cette phrase au développement personnel ? Ca pourrait donner quelque chose comme ça : fais-le mieux, rends-toi meilleur, améliore-toi même si tout ne va pas mal, parce que si tu ne le fais pas, tu ne pourras pas être heureux.

Tadahaaaaaa, avec cette phrase, j’ai parfaitement répondu au sujet de départ : doit-on progresser pour être heureux (j’étais franchement pas sûr de pouvoir y arriver lorsque j’ai commencé cet article) ?

Prenez chacun de vos objectifs, et réfléchissez à comment les améliorer chaque semaine ou chaque mois, même de 1%.

Atteindre le succès est un long voyage. Mais ce n’est pas une escalade vers un sommet, c’est plutôt un longue marche en faux-plat.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire sur “Kaizen : une philosophie et une méthode de l’amélioration