L’incroyable saga de Richard Branson vous fait-elle envie ?


L'incroyable saga de Richard Branson vous fait-elle envie ?


Après avoir parlé de Steve Fossett, il me semblait naturel de présenter son compère, Richard Branson. Il a toujours eu la réputation de faire les choses différemment. Non, Richard Branson n’est pas mort.

Pour Richard Branson, président et fondateur de Virgin, l’aventure c’est « expérimenter, un temps, la force de vie, le sentiment de liberté, la peur que parfois l’on ressent à la barre d’un bateau lorsque la tempête approche, lorsque l’on survole l’Himalaya à bord d’une nacelle pressurisée, lorsque l’on traverse à pieds un pays inconnu, un désert et que l’eau vient à manquer. C’est être loin des siens mais proche des autres et des éléments. C’est l’euphorie de l’exploit accompli au sommet d’une montagne, sous les eaux, sur une plage après une longue traversée ».

 

Rien n’est impossible pour Richard Branson.

Goût du risque, de la réussite ou de l’exploit à pulvériser, Richard Branson sait aussi bien piloter un avion que les 270 sociétés de la galaxie Virgin.

Enfant dyslexique, il fait des études médiocres et se blesse sérieusement au genoux mais montre très vite sa soif d’entreprendre.

Il ouvre son premier magasin Virgin à 20 ans et produit Tubular Bells de Mike Oldfield. Le voilà lancé. Il enchaîne avec Virgin Records en produisant Phil Collins et les Sex Pistols.

Aujourd’hui, Virgin c’est : une compagnie aérienne, des mégastores, une radio, des services financiers, des lignes de chemin de fer… Le tout présent dans 30 pays et comptant 50 000 employés.

Mais Richard Branson n’est pas un PDG vissé sur son fauteuil. Accroc au défi, il accepte en 1987 la proposition de participer à la première traversée de l’Atlantique en ballon. Premier record établi.

Gagnant en expérience et en technique, il tentera par trois fois entre 1998 et 1999 d’effectuer le premier tour du monde en montgolfière, bravant les caprices de la météo et l’interdiction de survoler la Chine en faisant le mort.

 

Richard Branson n’a pas de limite.

La biographie de Richard Branson est intéressante. En 2009, il sponsorise une nouvelle écurie de formule 1 Brawn GP qui verra son pilote Jenson Button devenir champion du monde.

Malgré ses échecs en ballon, il ne renonce pas au ciel et vise même plus loin : l’espace !

Lancée en 2004, Virgin Galactic, c’est la société qui propose de mettre l’espace à la portée de tous. Inspiré de SpaceShipOne, la société exploitera des vaisseaux spatiaux avec pilote pour proposer du tourisme spatial.

 

Inspirez-vous de ce qui l’inspire.

Richard Branson a dévoilé dans plusieurs interviews qu’il s’inspire de lectures. Il cite le plus souvent l’autobiographie de Nelson Mandela en expliquant que Mandela est un des hommes les plus inspirants qu’il ait jamais rencontré et eu l’honneur d’appeler son ami.

Concerné par les problèmes environnementaux, il cite aussi le livre d’Al Gore Une vérité qui dérange : L’urgence planétaire du réchauffement climatique et ce que nous pouvons faire pour y remédier.

Son meilleur conseil à quelqu’un qui souhaite entreprendre est de s’entourer d’une super équipe, de gens qui croient en ce qu’ils font.

Face à toutes les situations, il réagit avec un état d’esprit remarquable. La preuve, quand il dit : « je suis prêt à essayer n’importe quoi une fois« .

Alors vous aussi, essayez plein de choses pour la première fois et conservez un bon état d’esprit. Vous ferez la différence.

 

Rejoyez-moi sur la page Facebook Soyez-prévenu grâce au flux RSS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *