Pour moi le succès, c’est une pause avant de repartir


A la croisée des blogs



Cet article est ma contribution au festival inter-blog de à la croisée des blogs, organisé par developpementpersonnel.org. Il s’agit de la 44e édition, qui est organisée par Jean-Marc du blog Coacheo et dont j’ai trouvé le thème, le succès, intéressant à traiter.

Pour une première fois, j’ai voulu faire les choses correctement et j’ai vérifié la définition du mot succès dans le dictionnaire. Ce que j’y ai découvert m’a étonné.

Succès : issue heureuse d’une opération. Succès d’une expédition militaire.

Ainsi le succès d’une expédition militaire (et plus généralement tout autre succès, qu’il soit professionnel ou personnel) ferait la part belle à la chance ? Pour finalement n’être qu’une simple issue heureuse ?

Pour moi qui ai passé 1 an de ma vie en Afghanistan, me dire que la réussite de ma mission (et accessoirement mon intégrité physique) pourrait dépendre de l’issue heureuse d’une opération militaire ne me satisfait pas vraiment.

 

Pour moi le succès, c’est… quoi ?

Du coup, j’ai cherché une autre définition possible du succès. J’ai pensé à succès : atteinte d’un objectif. Donc on pourrait ne pas l’atteindre ?

Le monde militaire étant organisé et préparé pour faire face à tout type de situation, il a créé une méthode de raisonnement tactique pour définir ses missions et ses objectifs. Il s’agit d’un cycle en 4 étapes qui couvre aussi bien les aspects concrets que les aspects abstraits d’une situation pour arriver à résoudre une crise.

MRT : observation, diagnostique, stratégie, application.

Finalement, il y aurait bien une recette permettant d’atteindre le succès.

J’ai volontairement introduit une erreur sémantique et j’espère que vous l’avez remarquée (sans pour autant bondir de votre fauteuil). En effet, on cherche à atteindre des objectifs, pas du succès (voir ma définition un peu plus haut), contrairement à ce qu’on peut lire sur pas mal de sites sur le net

Eh oui, parce qu’il faut ajouter à l’équation le risque et la peur. Le premier venant de votre environnement, la seconde venant de vous-même. Les deux sont bien évidemment intimement liés, puisque c’est le risque d’échouer qui engendre la peur de l’échec.

Le succès n’est donc pas la seule issue possible ?

 

Pour moi le succès, c’est… pas suffisant.

Je me suis fixé un objectif, j’ai minimisé le risque, j’ai dominé la peur, j’ai travaillé dur et j’ai remporté le succès. Cool, et après ?

Est-ce que c’est déjà fini ? Atteindre ses buts crée une grande satisfaction. Est-ce qu’il faut s’en contenter pour autant ?

Celui qui a atteint un objectif, va renforcer son caractère. Il se servira ensuite de ce caractère pour maîtriser sa peur encore un peu plus. Et il repartira vers l’aventure.

C’est un peu comme l’évolution. Franchir un obstacle, et surtout savoir comment on l’a franchi va permettre d’en franchir un plus haut la prochaine fois. C’est une quête ininterrompue.

Semez une idée, vous récolterez un acte.

Semez un acte, vous récolterez une habitude.

Semez une habitude, vous récolterez un caractère.

Semez un caractère, vous récolterez un destin.

Mais alors, pourquoi parle-t-on autant de succès ?

 

Pour moi le succès, c’est une pause avant de repartir.

L’imagination n’a pas de limite, alors pourquoi faudrait-il créer des limites là où il n’y en a pas ?

Tout simplement parce qu’il est plus facile de courir 42 fois 1km qu’un marathon de 42km.

Le succès, parce qu’il va de pair avec chaque objectif atteint, permet de maintenir un certain niveau de motivation. C’est finalement une pause opérationnelle où l’on prend quelques instants pour regarder en arrière et faire le point.

Intellectuellement, cette phase est importante, en termes de motivation et d’apprentissage.

C’est l’occasion d’apprendre sur la façon dont on a rempli sa mission. Cela permettra de renforcer ses compétences et de savoir dans quelles situations à venir les réutiliser. C’est un peu le principe des centres d’entraînement commando. Mettre en soldat dans une situation extrêmement difficile dont il va chercher la solution. Plus tard, il saura réutiliser cette solution pour franchir les obstacles qui se présentent face à lui.

Deuxièmement, le succès a un effet sur la motivation. Cette même motivation qui va décupler tous les très de caractère et qui fait que l’aventurier repart vers l’inconnu et le sportif retourne défier ses adversaires.

Faites une pause, analysez et repartez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>