TEDx – La loi de l’attraction expliquée [vidéo] 2


Shawn Achor TEDx - La loi de l'attraction expliquée



Sur quoi repose la loi de l’attraction : le positif attire le positif. Mais comment est-ce possible ?

Shawn Achor réussit le tour de force d’expliquer la loi de l’attraction, la relation entre bonheur et succès, donner 2 exercices d’application, le tout avec humour et dans d’une conférence TEDx de 12 minutes 30.

 

 

Pour les non-pratiquants, voici ma retranscription de la conférence TEDx de Shawn Achor sur la loi de l’attraction.

 

Quand j’avais 7 ans et ma sœur 5, on jouait sur le lit. J’avais à l’époque 2 ans de plus que ma sœur et j’ai 2 ans de plus qu’elle aujourd’hui. Elle voulait faire ce que je faisais et moi, je voulais jouer à la guerre.

D’un côté du lit, j’alignais tous mes GI Joe et de l’autre côté, elle installait ses poneys prêts pour une charge de cavalerie. Il existe plusieurs versions de ce qui s’est passé cette après-midi-là, mais ma sœur n’étant pas là, je vais vous raconter la vraie histoire.

Sans que son grand frère ne l’ait jamais poussée, ma sœur disparu et tomba par terre. De mon côté du lit, je me suis demandé ce qui s’était passé, en voyant qu’elle avait atterri sur ses mains et ses genoux par terre. J’étais nerveux car mes parents m’avaient demandé de m’assurer que ma sœur et moi jouions en silence. Et sachant que j’avais cassé son bras juste une semaine plus tôt… en la poussant pour la protéger d’une balle de sniper imaginaire…

J’ai vu la douleur sur le visage de ma sœur, menaçant de réveiller mes parents. Alors j’ai fait la seule chose que mon cerveau de gamin de 7 ans pour éviter cette tragédie. « Ne pleure pas, ne pleure pas. Tu as vu comment tu as atterri ? Aucun humain n’atterrit à 4 pattes comme ça. Je pense que tu es une licorne. »

Ma sœur ne voulait rien de plus au monde que d’être une licorne. C’est une éventualité qui ne s’était jamais présentée à elle avant. Et je pouvais voir sur le visage de ma petite sœur manipulée que son cerveau ne savait pas s’il devait réagir à la douleur ou à sa nouvelle identité en tant que licorne. […]

Cette expérience que j’ai eue à 7 ans, je ne pouvais pas savoir à l’époque que c’était l’avant-garde d’une révolution qui allait se faire 20 ans plus tard sur la façon avec laquelle nous regardons le cerveau. Nous avons découvert la psychologie positive. […]

Ce graphique est la raison qui fait que je me lève chaque matin [3mn16]. Vous l’avez remarqué, il y a un point qui est unique, qui sort de la tendance. Je pourrais effacer ce point car c’est une erreur de mesure. Une des premières choses qu’on apprend en statistique c’est comment on élimine ces cas bizarres, ce qui permet d’avoir une belle courbe.

Mais si je m’intéresse au potentiel (de bonheur, de créativité, de productivité), alors on créé une population scientifique. Si je pose la question ‘à quelle vitesse un enfant apprend-il à lire’, un scientifique la changera en ‘à quelle vitesse un enfant moyen apprend-il à lire’. […] Mais si on étudie ce qui est moyen, alors on restera moyen.

Je préfère me demander ‘pourquoi’. Pourquoi cet individu est-il tellement au dessus de la courbe ? Le but sera ensuite de savoir non pas comment amener quelqu’un à la moyenne mais comment monter la moyenne vers cette personne.

Lorsque je regarde les nouvelles à la télé, j’ai l’impression que la majorité des nouvelles est négative. On y parle souvent de meurtre, de corruption, de maladie, de désastres, et rapidement, mon cerveau interprète ces informations comme étant la normale. C’est comme le medical score syndrome : vous passez en revue tous les syndromes médicaux qui existes et vous réalisez que vous en avez plein. […] La façon avec laquelle votre cerveau interprète votre monde modèle votre réalité. Ca veut dire qu’on peut changer votre bonheur.

J’ai étudié dans une académie militaire. Ce que j’y ai découvert, c’est que quelque soit la joie que les étudiants ressentaient d’avoir réussi le concours, 2 semaines plus tard, leur cerveau ne pensait plus au privilège qu’ils avaient d’être dans cette académie mais ils se focalisaient sur la compétition, la quantité de travail et les complaintes. […] Lorsque mon entourage venait me rendre visite, ils me demandaient ‘de quoi ces étudiants peuvent-ils bien se plaindre’ ?

Mais cette question ne veut rien dire. Car le monde autour de nous ne joue que pour 10% sur notre bonheur. Les 90% restant viennent de la façon dont notre cerveau interprète notre monde. Et si on change notre rapport au bonheur et au succès, alors on change la façon dont on peut agir sur la réalité.

Seulement 25% des succès professionnels peuvent être expliqués par le QI. 75% des réussites professionnelles s’expliquent par votre optimisme, le soutien de vos proches, votre volonté d’affronter les challenges. […]

L’absence de maladie n’est pas la bonne santé. Nous devons changer notre façon de voir le bonheur et la réussite. Ces dernières années, j’ai voyagé dans 45 pays, j’ai travaillé avec des écoles et des entreprises dans une période de crise. Et voilà la formule du succès que j’ai trouvé un peu partout : ‘si je travail plus, je réussirai mieux ; si je réussi mieux, alors je serai plus heureux‘.

Mais ça ne peut pas marcher comme ça. Pourquoi ? Parce que chaque fois que vous remportez un succès, vous allez surélever la barre du prochain succès. Vous avez eu une bonne note, vous allez devoir avoir une meilleure note. Vous avez un bon boulot, vous aurez besoin d’un meilleur boulot. Si le bonheur se trouve au-delà de la réussite, alors votre cerveau n’y arrivera jamais. Ceci vient du fait qu’on pense qu’il faut atteindre le succès pour ensuite être plus heureux.

Mais notre cerveau peut fonctionner dans l’autre sens. Si vous pouvez placer votre cerveau dans un étant de bonheur dans le présent, alors il va créer un état d’avantage ‘bonheur’ [10mn45]. Votre cerveau positif fonctionnera mieux que votre cerveau négatif. Votre intelligente augmente, votre créativité augmente, votre niveau d’énergie augmente. Il a été démontré que votre cerveau positif est 31% plus efficace que votre cerveau négatif.

Ca veut dire que si on trouve un moyen d’être positif dans le présent, alors notre cerveau sera plus efficace. Ce qu’il faut arriver à trouver, c’est comment inverser cette formule et découvrir que notre cerveau peut créer. Parce que la dopamine qui coule dans votre corps a 2 fonctions : elle vous rend plus heureux mais elle allume aussi les capteurs de l’apprentissage. C’est comme ça qu’elle permet de vous adapter à votre monde.

Mon étude a montré comment reconnecter votre cerveau en faisant un exercice de 2 minutes sur une période de 21 jours [11mn19] pour vous permettre de vivre de façon plus optimiste et dès lors avec plus de réussite. Dans cet exercice, on vous demande d’écrire chaque jour 3 choses qui vous ont rendu heureux ; 3 nouvelles choses chaque jour. Alors, votre cerveau commence a prendre une habitude, celle de repérer ce qui est positif dans votre monde et non pas ce qui est négatif.
Dans un autre exercice, on a demandé à des gens d’écrire chaque jour 1 email pour remercier quelqu’un. En faisant cela, on inverse la formule du bonheur après le succès et on créé une révolution.

 

Attirez prospérité et succès dans votre vie : les secrets de l’attractionles secrets de l'attraction


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “TEDx – La loi de l’attraction expliquée [vidéo]

  • Jacques

    Innattendu ! mais comment donc n’y ai-je moi-même pas pensé tout seul ? Et bien sûr, çà finit par un pensum.
    L’action est la clef d’or, semble-t-il …, et créera l’habitude.
    Merci pour cette démonstration incontournable.
    Cordialement,
    Jacques.

    • Jérôme Auteur du billet

      Bonjour Jacques
      En effet, j’ai trouvé son approche intéressante mais surtout originale. C’est la première fois que je vois cette idée de decoréler objectifs et bonheur.
      Et j’ai vraiment apprécié le fait qu’en 12 minutes 30, il arrive à expliquer et à livrer des conseils pratiques et concrets. Et il se permet même de l’humour avec son expérience personnelle.