«

»

jan 19

TEDx – Pourquoi la procrastination ? (et 6 astuces pour la combattre)

TEDx - Pourquoi la procrastination ? (et 6 astuces pour la combattre)


Parlons de procratination. Vous êtes-vous déjà posé la question : ‘pourquoi je procrastine’? Vik Nithy est un jeune entrepreneur qui a déjà créé 3 entreprises à l’âge de 20 ans et qui intervient dans cette conférence TEDx sur le sujet pourquoi est-ce qu’on procrastine ?.Et la solution pour la soigner.

 

 

Pour les non-pratiquants, voici ma retranscription de la conférence TEDx de Vik Nithy sur la procrastination.

 

J’ai fini l’université il y a 2 ans et même si j’ai assez bien réussi, je n’ai pas aussi bien réussi que ce que j’aurais pu faire si je n’avais pas souffert d’une addiction à la procrastination. Je repoussais mes révisions jusqu’à la dernière nuit avant chaque devoir ou chaque examen.

Y a-t-il d’autres personnes coupables de bachotage ? Alors vous devez savoir ce que c’est de prendre une petite pause de 5 minutes avant de bosser et de réaliser que 3 heures ont passé. Ou vous promettre de commencer à travailler demain, tous les jours pendant 1 semaine. Demain, demain…

Mais il n’y a pas que les études où l’on procrastine. On procrastine sur réfléchir à notre avenir, économiser de l’argent ou faire du sport. Je pense que la procrastination est un grave problème car c’est ne pas être capable d’être la personne qu’on sait qu’on veut être.

Ce soir, je vais vous parler des raisons de la procrastination et vous donner des trucs sur comment vous engager si vous voulez en sortir.

La procrastination n’est pas une maladie, c’est plutôt un problème de décision que vous prenez, de décisions sur ce que vous devez faire maintenant mais que vous repoussez à plus tard.

C’est comme si vous aviez une dispute dans votre tête : une partie de vous veut travailler alors qu’une autre partie de votre cerveau veut jouer à Angry Birds. Et sans raison valable, vous arrivez toujours à vous convaincre que vous pourrez faire demain ce que vous devez faire maintenant.

En tant qu’étudiant en psychologie, j’ai eu la possibilité de trouver ce qui se passe dans notre cerveau lorsqu’on procrastine. Et j’ai trouvé qu’il y avait effectivement une dispute dans notre tête entre le système limbique et le cortex préfrontal. Le cortex préfrontal est celui qui nous dit de travailler.

Alors pourquoi le système limbique gagne la confrontation ? La réponse se trouve dans l’amygdale. L’amygdale est une partie du cerveau qui contrôle la peur et l’anxiété. C’est elle qui formule la réponse aux stimuli de menace.

Par exemple, si vous êtes dans la jungle et que vous voyez un lion sauvage, que faites-vous ? Je ne sais pas, je n’ai jamais vu de lion sauvage. Mais j’ai déjà vu un professeur quand je n’avais pas fait mes devoirs. Et je pense que la réponse de l’amygdale est similaire.

La première réaction est d’être figé. Les paumes de vos mains deviennent en sueur, votre cœur bat vite et votre cortex préfrontal (qui prend les décisions) s’arrête. Parce que si vous voyez un lion au loin, vous ne voulez pas entendre une petite voix qui vous dit que vous avez une dissertation à écrire. Vous devez vous focaliser sur ce qui se passe autour de vous.

Lorsqu’on procrastine, on fait l’expérience d’une légère réponse d’anxiété à un stimulus de menace.

Alors de quoi avons-nous peur ?

Vous pouvez trouver que la tâche vous dépasse et vous ne savez pas par où commencer. Vous pouvez redouter le manque de plaisir. Si c’est une tâche où votre performance est mesurée, vous pouvez avoir peur d’échouer.

Vous utilisez la procrastination comme un outil auto-handicapant pour éviter un échec personnel.

Par exemple, si vous avez un devoir à rendre pour vendredi et nous sommes lundi, vous pouvez finir votre devoir demain. Mais qu’allez-vous penser si vous avez une mauvaise note ? En revanche si vous faites votre devoir jeudi soir et que vous avez une mauvaise note, c’est juste parce que vous vous y êtes pris à l’arrache.

Votre cortex préfrontal sait que c’est une décision stupide. Vous savez que les erreurs sont des expériences positives où vous apprenez. Cependant, votre amygdale produit une réaction du subconscient.

Alors comment vaincre la procrastination ? La réponse est quelque chose appelée métacognition.

Nous devons admettre que nous n’allons pas prendre la décision de travailler. Il va falloir prévoir quelques trucs. Nous allons devoir :

Prévoir des objectifs.

Il faut planifier exactement ce que nous devons faire, le diviser en plusieurs tâches à réaliser.

Prévoir le temps.

C’est-à-dire définir ce qui doit être fait dans quel délai.

Prévoir des ressources.

Si on passe 10 minutes avant de se mettre au travail pour rassembler tout ce dont on aura besoin, on n’aura pas la tentation de quitter la table pour aller sur google ou faire quelque chose d’autre.

Prévoir un processus.

Les études montrent que si vous avez une idée claire du processus, les tâches deviennent plus faciles à faire. Si vous fermez les yeux et pensez à ce que vous devez faire alors votre cerveau a l’impression que vous l’avez déjà fait avant.

Prévoir des distractions.

Vous savez que votre cerveau va vouloir se distraire. Alors engagez-vous dès le début et prévoyez votre distraction.

Prévoir l’échec.

Imaginons que vous faites un exercice de maths et vous arrivez à un problème que vous n’arrivez pas à résoudre. C’est souvent à ce moment-là que les gens prennent une pause de 5 minutes. C’est pas facile mais il faut essayer. C’est valable dans tous les domaines de la vie. Si on procrastine à chaque fois qu’on rencontre un problème, on n’arrivera jamais à résoudre un problème.

« N’attendez pas, le moment ne sera jamais idéal », Napoleon Hill.

Une raison de la procrastination, c’est qu’on attend que toutes les conditions soient parfaites. On attend le week-end pour se mettre à travailler, on attend d’avoir de l’argent pour donner aux associations.

 

Le Secret de ceux qui Réalisent (TOUS) leurs Projets : la Méthode

7 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Argancel

    Merci pour cet article ! Eh oui, notre cerveau nous donne décidément bien du fil à retordre avec la procrastination. Les astuces que donne Vik Nithy sont pertinentes. Je remarquer que Vik n’a pas donné la définition de la métacognition, pour ceux qui sont perplexe devant ce mot, il s’agit tout simplement de réfléchir à notre manière de penser. Pour moi, il s’agit d’un des exercices les plus utiles pour contrecarrer les automatismes de notre cerveau « reptilien ».

    Merci d’avoir partagé cette vidéo avec nous :)
    Argancel Articles récents..Le point commun entre les amours d’un scarabée et votre autodisciplineMy Profile

    1. Jérôme

      Bien vu Argancel.
      J’ai cherché la définition de métacognition lorsque j’ai regardé cette vidéo, c’est vrai que j’aurais pu la mettre en note dans le récit.

  2. Francis

    Merci pour cet article, il y a aussi une chose qu’il ne faut pas oublier : Agir
    ton blog est bien placé pour décrire cela.
    Tout prévoir c’est bien, mais trop prévoir et ne pas agir revient à procrastiner, non ?

    Francis
    Francis Articles récents..Cette semaine, je cherche une méthode pour changer de vieMy Profile

    1. Jérôme

      Bonjour Francis
      J’ai retranscris la conférence, tu ajoutes le mot de la fin (à ma place mais droit dans ma ligne de pensée).
      Merci pour ce point d’orgue.

  3. Ronald [jorganisemonquotidien.com]

    Merci pour cette retranscription.

    C’est la première fois que je vois la procrastination abordée de façon « scientifique ».
    Les méthodes sont les mêmes pour vaincre la procrastination ou pour atteindre ses objectifs.
    Visualisation et anticipation se retrouvent toujours.
    Je rejoins Francis sur « l’action ».
    Pour moi, la première façon d’agir est souvent de rédiger un plan,
    qui reprend les objectifs, le temps, les ressources…
    Cela aide aussi beaucoup pour la visualisation.

    Ronald
    Ronald [jorganisemonquotidien.com] Articles récents..Commentaires sur Une approche simple et efficace en 3 étapes qui fonctionne pour tout défi d’organisation : la méthode « STD » par La méthode STD pour s’organiser : D comme DisposerMy Profile

    1. Jérôme

      Bonjour Ronald
      Pour moi c’est clair, tant qu’un projet un peu compliqué reste dans la tête, il reste dans le flou.
      Ecrire un plan, c’est réfléchir aux étapes, les visualiser, les préciser.
      Bref, que des bénéfice avant de se lancer dans ce projet.

  4. Angélo

    Merci
    j’ai regardé la vidéo en anglais et j’ai compris quelque petits choses heureusement qu’il y a une retranscription, ceci grace à cette article je vais me mettre sérieusement à l’anglais
    Angélo Articles récents..No woman no cry à la guitare et partitionMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge