«

»

avr 09

TEDx : vivre en dépassant les limites [vidéo]

TEDx : vivre en dépassant les limites

 

Créé dans l’esprit de la mission des excellentes conférences TED (technology, entertainment, design), « les idées méritent d’être diffusées », le programme TEDx est conçu pour donner aux communautés, aux organisations et aux particuliers la possibilité de stimuler le dialogue par le biais de TED.

Lorsqu’elle avait 19 ans, Amy Purdy a perdu ses 2 jambes en dessous des genoux. Et maintenant… elle est championne de snowboard professionnelle. Dans cette conférence remplie de force et d’émotion, elle nous montre comment tirer de l’inspiration des obstacles et profiter de la vie.

 


Pour les non-pratiquants, voici ma retranscription de la conférence TEDx d’Amy Purdy sur la façon de dépasser les limites de la vie.

Si votre vie était un livre. Et si vous en étiez l’auteur. Comment voudriez-vous que votre histoire se développe ? Voilà la question qui a changé ma vie pour toujours.

J’ai grandi dans le désert chaud de Las Vegas. Tout ce que je voulais c’était être libre. Je rêvais éveillée de partir à la découverte du monde, d’habiter à un endroit où il neigeait.

A l’âge de 19 ans, j’ai déménagé dans une ville où il neigeait et je suis devenue masseuse. Avec ce boulot, tout ce dont j’avais besoin était mes mains et ma table de massage. Et je pouvais aller n’importe où. Pour la première fois de ma vie, je me sentais libre, indépendante et avec le contrôle complet de ma vie.

C’était le cas jusqu’à ce que ma vie prenne un détour. Un jour je suis rentrée du boulot avec ce que je pensais être la grippe. Et moins de 24h plus tard, j’étais à l’hôpital, sous assistance avec moins de 2% de chance de survivre. Ce n’est que plusieurs jours plu tard, alors que j’étais dans le coma, que les docteurs m’ont diagnostiqué une méningite bactérienne, une infection du sang.

Dans les 2 mois ½ qui ont suivis, j’ai perdu ma rate, mes reins, l’ouïe de mon oreille gauche et mes 2 jambes en dessous des genoux. Lorsque mes parents m’ont poussé sur une chaise roulante hors de l’hôpital, j’avais l’impression d’avoir été remontée de toutes pièces comme une poupée.

Je pensais que le pire était passé jusqu’à ce que quelques semaines plus tard j’ai vu mes nouvelles jambes pour la première fois. Les prothèses étaient des blocs de métal avec des tuyaux pour les chevilles et des pieds en caoutchouc jaune. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais je ne m’attendais pas à ça.

Avec ma mère à mes côtés et des larmes coulants sur nos joues j’ai enfilé ces prothèses et je me suis levée. Elles étaient douloureuses et confinantes et tout ce que je pouvais penser était : comment est-ce que je vais voyager dans le monde sur ces trucs ? Comment est-ce que j’allais vivre la vie pleine d’aventures que j’avais toujours voulue ? Et comment est-ce que j’allais refaire du snowboard ?

Ce jour-là, je suis rentrée à la maison, mise au lit et voilà à quoi ma vie a ressemblé pendant les mois suivants : moi couchée, échappant à la réalité, avec mes jambes posées à côté de moi. J’étais physiquement et émotionnellement brisée.

Mais pour continuer d’aller de l’avant, je savais que je devais oublier l’ancienne Amy et apprendre la nouvelle Amy. Et alors j’ai réalisé que je n’avais plus besoin de mesurer 1m68, je peux être aussi grande que je veux. Ou aussi petite que je veux, selon avec qui je sors. Et si je refais du snowboard, je n’aurai plus froid aux pieds. Et je peux adapter mes pieds à toutes les chaussures des vitrines.

C’est à ce moment que je me suis posé cette question sur le sens de la vie : si ma vie était un livre. Et si j’en étais l’auteur. Comment est-ce que je voudrais que mon histoire se développe ? Et j’ai commencé à rêver éveillée. Je rêvais comme quand j’étais petite fille. Et je me suis imaginée marchant avec grâce, aidant les autres gens et refaisant du snowboard. […] C’est à ce moment qu’un nouveau chapitre de ma vie a commencé.

Quatre mois plus tard, j’étais de nouveau sur un snowboard, même si tout ne se passa pas comme prévu. Mes genoux et mes chevilles ne se pliaient pas et à un moment j’ai traumatisé tous les gens sur le télésiège lorsque je suis tombée et mes jambes, toujours attachées à mon snowboard ont descendues la montagne. Alors que j’étais toujours en haut.

J’étais aussi choquée que tout le monde et découragée, mais je savais que si je pouvais trouver la bonne paire de pieds, je pourrais je refaire.

C’est là que j’ai appris que nos limites peuvent seulement faire 2 choses : 1- nous arrêter ou 2- nous forcer à devenir créatif. J’ai fait 1 an de recherches, sans trouver quelles jambes utiliser alors j’ai décidé de fabriquer une paire moi-même.

Mon fabriquant et moi avons rassemblé des pièces et on a fabriqué une paire de pieds avec lesquels je pouvais faire du snowboard. […] Ce sont ces jambes et un nouveau rein de mon père qui m’ont permis de réaliser mes rêves.

J’ai repris le snowboard, j’ai repris le travail, repris les études. En 2005 j’ai fondé une organisation pour que des jeunes avec des handicaps physiques puissent faire du sport.

En février dernier, j’ai gagné 2 médailles d’or en coupe du monde, ce qui a fait de moi la snowboardeuse handisport la mieux classée du monde.

Il y a 11 ans, quand j’ai perdu mes jambes, je n’avais aucune idée de ce à quoi m’attendre. Mais si vous me demandez maintenant si je veux changer ma situation, je dirais non. Parce que mes jambes ne m’ont pas handicapée. Elles m’ont donné des possibilités, elles m’ont forcé à compter sur mon imagination et à croire en ces possibilités.

C’est pourquoi je crois que nos imaginations peuvent être utilisées comme outils pour briser les limites. Car dans nos pensées, on peut faire n’importe quoi et on peut être n’importe quoi. C’est le fait de croire en nos rêves et faire face à nos peurs qui nous permettent de vivre nos vies au-delà de nos limites.

Je dois dire que dans ma vie, l’innovation a été possible à cause de mes limites. J’ai appris que les limites sont là où le réel se termine mais aussi où l’imagination et l’histoire commence.

L’idée que je veux vous laisser aujourd’hui, c’est qu’au lieu de regarder nos challenges et nos limites comme quelque chose de négatif, on peut commencer à les regarder comme des chances, des cadeaux qui peuvent être utilisés pour enflammer notre imagination et nous aider à aller plus loin que là où on pensait pouvoir aller.

 

2 comments

  1. Anne-Laure

    Salut Jérôme,

    Ca, c’est ce qui s’appelle une leçon de vie! Je pense qu’après avoir lu ça, on a plus le droit de se plaindre…
    Anne-Laure Articles récents..Commentaires sur Trip 5 jours en Norvège dans les fjords par PiotrMy Profile

    1. Jérôme

      Salut Anne-Laure
      Tout à fait. je crois que c’est une des vidéos les plus marquantes qu’il m’ait été donné de voir.
      Double amputée et pourtant je pense que sa lifelist avance bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge